Actualité

3.000 interventions pour le robot du bloc opératoire du CHR de la Citadelle à Liège

08/09/2021

Durant l’été, le bloc opératoire du CHR de la Citadelle (Liège) a accueilli sa 3.000e intervention chirurgicale à l’aide d’un robot. Cette technique y est pratiquée depuis 2009 et procure énormément d’avantages aux patients.

Historiquement, la technique chirurgicale la plus répandue consistait à opérer via une large ouverture de la paroi abdominale. Les douleurs et la convalescence post-opératoires sont en grande partie liées à cette incision et aux manœuvres d’écartement des muscles plutôt qu’à l’opération elle-même.

La laparoscopie, apparue plus tard, consiste à «gonfler» le ventre du patient puis à insérer une caméra et des instruments chirurgicaux au travers de très petites incisions cutanées. Elle est beaucoup moins invasive, mais comporte des inconvénients, notamment une moins bonne maniabilité des outils et une image fournie par la caméra sur un écran en 2D.

«Le robot réunit les avantages respectifs et solutionne tous les inconvénients de la chirurgie classique et de la laparoscopie», explique le Dr Hubert Nicolas, chef du Service d’Urologie, président du département de chirurgie et à l’origine du projet urologique, avec le Dr Eric Troisfontaines. «Cet appareil ultrasophistiqué est équipé de quatre bras articulés déployés autour du patient, trois pour les instruments et un pour la caméra 3D. À partir d’une console située à quelques mètres de la table d’opération, le chirurgien dispose d’une image agrandie et en relief. À l’aide de manettes, il réalise des gestes chirurgicaux qui sont reproduits à l’identique par le robot mais de façon miniaturisée et sans aucun tremblement», ajoute encore le Dr Nicolas. Le robot permet de réaliser des gestes impossibles en chirurgie ouverte ou en laparoscopie. Le confort du chirurgien est considérablement amélioré. Il réalise ainsi une chirurgie beaucoup plus précise et sécurisante.

L’hospitalisation est très courte, la majorité des patientes quittant le service dès le lendemain.
Incroyable: 3.000 interventions pour le robot du bloc opératoire du CHR de la Citadelle à Liège
Installation du robot guidée par le laser de couleur verte. © Marc Trippaerts
Les premières interventions urologiques– en 2009 – concernaient essentiellement les cancers de la prostate, le CHR ayant été rapidement référencé comme centre belge agréé dans le cadre d’une étude pilote. Le Service d’Urologie est également spécialisé dans le traitement du prolapsus (descente d’organes chez la femme).

«Grâce au robot, je réalise ces interventions avec une aisance inimaginable. L’hospitalisation est très courte, la majorité des patientes quittant le service dès le lendemain», précise le Dr Van Heugen, urologue spécialisée dans cette pathologie. L’utilisation du robot a ensuite été étendue à de multiples opérations, notamment au traitement de la plupart des cancers du rein.

«12 ans après, nous sommes encore le seul hôpital en mesure de proposer cette technique en province de Liège», précise Jérôme Bonhomme, Gestionnaire des quartiers opératoires. «Le projet initial a été lancé simultanément par les services d’Urologie et de Gynécologie, ce dernier utilisant la machine pour des pathologies bénignes comme pour des maladies cancéreuses. Deux autres services leur ont maintenant emboîté le pas: la Chirurgie Abdominale, essentiellement pour les cancers du rectum et la Chirurgie Thoracique, notamment pour certains cancers pulmonaires. Au total, 11 chirurgiens sont habilités à l’utilisation du robot. Celui-ci est utilisé quasi en permanence, à raison de deux ou trois opérations par jour.»

Pour le patient, les avantages sont nombreux: précision chirurgicale accrue, pertes sanguines moindres...
Incroyable: 3.000 interventions pour le robot du bloc opératoire du CHR de la Citadelle à Liège
CHR
On l’aura compris: cette technique mini-invasive profite tant au patient qu’au chirurgien. «Pour les médecins et les infirmiers, l’utilisation du robot est devenue une routine», conclut le Dr Nicolas. «Pour le patient, les avantages sont nombreux: précision chirurgicale accrue, pertes sanguines moindres, suites opératoires allégées, nette diminution de la douleur, amélioration de la récupération fonctionnelle, convalescence raccourcie… Une alliance ‘homme-machine’ qui fonctionne à la perfection.»
Incroyable: 3.000 interventions pour le robot du bloc opératoire du CHR de la Citadelle à Liège