Articles

Le service de médecine nucléaire sur le site du Valdor

09/04/2018

Dr Christian De Landsheere

Le service de médecine nucléaire du site Valdor est situé à l’étage -1 des nouveaux bâtiments, dans le prolongement immédiat du service d’imagerie médicale.
Trois types d’appareillage y sont disponibles :
Une gamma-caméra double tête, grand champ;
Une gamma-caméra petit champ ;
Un ostéodensitomètre par absorption biphotonique.

Gamma-caméra double tête
Cette gamma-caméra permet d’effectuer le panel habituel des  
scintigraphies planaires et tomographiques.
Sur le site du Valdor, les principales scintigraphies réalisées sont :

  • Etudes de perfusion myocardique régionale et de la fonction du VG, surtout pour dépister l’ischémie et en évaluer la sévérité ;
  • Examens ostéo-articulaires en 3 temps, corps entier et tomographiques ;
  • Scintigraphies planaires de perfusion et de ventilation pulmonaires à la recherche d’embolies ;
  • Etudes de la perfusion cérébrale régionale, surtout dans le bilan des altérations des fonctions cognitives et après AVC.
  • Peuvent aussi être réalisées :
  • Les scintigraphies rénales (morphologiques et étude de la fonction glomérulaire séparée) ;
  • Les études de vidange gastrique à la recherche d’une gastro-parésie ;
  • Les lymphographies isotopiques.
La majorité des explorations concernent des patients gériatriques. Les temps totaux d’examens, impliquant notamment la manipulation des personnes âgées, sont allongés par rapport à des examens réalisés chez une population de patients plus autonomes. Ceci peut constituer un facteur limitant le nombre d’examens effectués sur une journée.

Gamma-caméra petit champ
Sur le site du Valdor, la scintigraphie thyroïdienne est effectuée après injection de technétium libre.
Cet examen constitue un excellent outil diagnostique pour toutes les dysthyroïdies, fréquentes dans la population gériatrique. On peut ainsi diagnostiquer un nodule froid ou un adénome, à titre d’exemple.
En outre, à court terme, l’hôpital du Valdor disposera d’une chambre d’isolement à parois plombées à des fins de «radioprotection», qui permettra d’administrer des doses d’iode 131 qui pourront  atteindre 100 mCi (thérapie de pathologies thyroidiennes malignes).

Ostéodensitomètre par absorption biphotonique
L’étude de la densité osseuse présente des intérêts évidents dans la population âgée.
Un grand nombre de patients sont admis en raison d’une chute, elle-même responsable d’une fracture qui sera traitée soit par la mise en place d’une prothèse, par exemple une PTH ou d’un clou Gamma. Les fractures sont bien sûr favorisées par l’ostéoporose très fréquente non seulement dans la population féminine mais aussi chez l’homme. Evaluer le degré de sévérité d’une ostéoporose éventuelle est donc fondamental.
De la même façon et, cette fois de manière préventive, dès la ménopause, il est utile d’étudier la densité de l’os cortical (au niveau du fémur) et de l’os trabéculaire (au niveau de la colonne lombaire). Cela permet de disposer d’une densité de référence et donc de suivre au long cours l’évolution de la densité minérale osseuse.
Dans cette approche préventive, la proximité entre le service d’imagerie médicale et celui de médecine nucléaire sur le site du Valdor représente un avantage incontestable puisque l’on peut associer un dépistage du cancer du sein qui sera effectué par mammographie en mode transverse et par échographie dans le service d’imagerie médicale à l’évaluation de la densité osseuse en médecine nucléaire.

Des délais très courts
Les délais pour obtenir un rendez-vous en médecine nucléaire sur le site du Valdor sont en règle générale très courts. Les médecins généralistes et spécialistes de «l’extérieur» comme les médecins «intramuros» peuvent donc bénéficier de résultats rapides. C’est la même équipe de médecins nucléaristes que sur le site de la Citadelle qui assure le protocole des examens.